LE MILITANT KEMI SEBA, INTERPELLÉ À OUAGA POUR INJURES AU PRESIDENT BURKINABE, INCITATION A LA REVOLTE ET TENTATIVE DE DEMORALISATION À LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME AU BURKINA FASO

0
564

C’était ce samedi 21 décembre que le militant franco-béninois, président de ‘’ Urgence panafricaine’’, Kemi SEBA a été interpellé à Ouaga au Burkina Faso. En plus d’avoir, dit-on, injurié le Président de la république burkinabé, il lui est reproché d’inciter à la révolte et de démoraliser à la lutte contre le terrorisme dans ce pays.

Kemi SEBA, à l’état civil, Stellio Gilles Robert Capo Chichi, puisque c’est de lui qu’il s’agit, militant franco béninois et non moins Président de l’organisation ‘’Urgence panafricaine’’ est depuis samedi dernier, en garde à vue au Burkina Faso pour avoir, dit-on, injurié le Président de la République Rock Mark Christian KABORÉ. Il avait traité ce dernier de passoire politique au cours d’une conférence sur le FCFA à l’université de Ouaga 1.
En plus, il lui est reproché d’inciter la population et notamment la jeunesse à la révolte. On lui impute également le fait d’avoir déclaré que sous le régime de l’ex- Président de la République Blaise COMPAORÉ, la sécurité était mieux assurée au Burkina Faso qu’avec la présidence de l’actuelle chef de l’État, Rock Mark Christian KABORÉ.
Ainsi, pour avoir tenu ces propos, l’un des enquêteurs avait signifié à l’avocat de Kemi SEBA, Me Prospère FARAMA que, pour ce seul fait, le militant était aussi poursuivi pour tentative de démoralisation de tous ceux qui se battent contre le terrorisme au Burkina Faso. Ainsi donc, le militant serait en ce moment en garde à vue dans le cadre de cette affaire pour investigations. Il faut toutefois noter que Kemi SEBA, n’en est pas à sa première démêlée judiciaire.
Ce militant activiste, connu pour son audace et son franc -parler, avait connu des situations similaires dans d’autres pays d’Afrique de l’ouest. En effet, Kemi SEBA avait publiquement incendié un billet de 5000f devant une foule de sympathisants car il mène depuis toujours une véritable campagne, notamment en Afrique, contre cette monnaie. Il sera d’ailleurs, une fois, expulsé sans préavis par les autorités sénégalaises vers la France pour ses positions jugées trop radicales à l’égard de la France-Afrique et surtout du CFA.
Se réclamant du panafricanisme, Kemi SEBA se bat, dit-il, pour une souveraineté totale des pays africains qu’il juge être sous le joug du néo-colonialisme. Il faut d’ailleurs noter qu’il est de ceux-là qui ont véritablement relancé les bases fondamentales du débat sur le franc CFA. La cible du militant et Président de ‘’Urgence panafricaine’’ est surtout la jeunesse africaine qu’il tente d’éveiller et de conscientiser sur les réalités et les enjeux du moment.
À propos, il avait déjà visité des pays tels que le Sénégal et le Bénin, pour ne citer que ceux-là, aux côtés de mouvements de jeunes pour le changement. Reste maintenant à savoir le sort que la justice Burkinabé réservera au téméraire Kemi SEBA qui jouit déjà d’une popularité sans failles, pour ses idées et son militantisme virulent, auprès de la jeunesse des pays d’accueil.
Pour cela, à travers son interpellation, la justice burkinabé marche sur une pente glissante car elle risque gros dans cette affaire. Évidemment, il est à craindre que le moindre faux pas de sa part ne déclenche des manifestations au sein des jeunes et même des populations qui n’hésiteraient pas à prendre d’assaut les rues. Ce qui serait fatal pour un pays déjà fortement en proie à des troubles sécuritaires. Pour parer donc, à toute éventualité, les autorités burkinabé n’ont qu’une seule option qui est celle d’imiter le Sénégal en expulsant Kemi SEBA.
Vinabé DENA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici