LE PLAN DE RIPOSTE DU GOUVERNEMENT MALIEN, CONTRE LE COVID -19, RÉPONDRA-T-IL AUX ATTENTES DES POPULATIONS ?

0
427

C’est au journal spécial de 21h du vendredi du 10 Avril 2020 que le Président de la République, son Excellence IBK s’est adressée à ses compatriotes. Dans son adresse à la nation, le chef de l’État a annoncé des mesures fortes allant dans le sens de soulagement des populations, dans sa croisade contre la pandémie du COVID – 19.

C’est un véritable chef de guerre, serein et implacable, livrant ses stratégies de guerre, que les maliens ont retrouvé derrière leur petit écran. Il faut reconnaitre que les populations avaient longtemps attendu ce moment où leurs autorités leur annonceraient des mesures pour soulager les souffrances déjà endurées, suite aux restrictions engendrées par le covid-19. Le plan de riposte du Président de la République se résume essentiellement à la mobilisation d’un montant de 500 milliards de nos francs pour lutter contre le corona virus.
En plus, les membres du gouvernement renoncent chacun à un mois de salaire, contre deux mois pour le premier ministre, Boubou CISSÉ. Quant à Ibrahim Boubacar KÉITA, lui-même, il cèdera trois mois de sa paie mensuelle à ses compatriotes. Par ailleurs, IBK a fait la promesse de relever le défi de « un malien un masque ». Ainsi, selon ses propos, vingt millions de masques lavables seront disponibles dès la semaine prochaine. Aussi, pour remédier à la hausse anarchique des prix des produits de première nécessité, un allègement des droits de douanes est prévu.
S’agissant de l’eau et l’électricité, une mesure prévoyant une prise en charge, pour une période de deux mois, allant d’avril à mai 2020 au bénéfice des tranches dites sociales, a été retenue. En ce qui concerne les autres consommateurs, une exonération de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) de ces deux précieuses denrées a été accordée pour les mois d’avril, mai et juin 2020. Une autre mesure et non des moindres, relative à la revue de toutes les allocations budgétaires est à l’ordre du jour.
Quant au fonds spécial de solidarité, il se chiffre à cent milliards. Il sera destiné aux 703 communes dont l’accès sera conditionné à des critères de vulnérabilité évalués et consensuels. À entendre le Président de la République, la gestion dudit fonds se fera de manière collégiale et transparente, associant administration Publique, chef de village et quartiers, organisation citoyenne et autorités morales, désignées par les bénéficiaires eux-mêmes. Parmi les plans de riposte et de solidarité exposés, figure la distribution gratuite de 56.000 tonnes de céréales et de 16 000 tonnes d’aliments bétail aux populations, vulnérables, touchées par le COVID 19.
Dans le même temps, un renforcement du contrôle des prix fera l’objet d’un suivi rigoureux ainsi qu’un apurement de la dette intérieure due au 31 décembre. S’agissant du paiement des mandats, il sera diligenté au titre de l’exercice 2020 à hauteur de cent milliards. Parlant du secteur privé, il connaitra une dotation d’un fonds de garantie d’un montant de 20 milliards. Au chapitre des exonérations, IBK et son gouvernement prévoient une remise d’impôts au cas par cas aux entreprises privées, impactées par le COVID 19 à savoir le tourisme, les voyages, la restauration, les transports pour protéger les emplois. Par la même occasion, une prime spéciale aux personnels de santé et forces de l’ordre et de sécurité a été envisagée.
Si cette initiative a été appréciée à sa juste valeur, force est cependant de reconnaitre toute la difficulté que restera sa mise en œuvre. En effet, la répartition de cette aide sociale aux populations bénéficiaires, conformément aux critères de mérite requis, présentera de nombreuses difficultés dans la pratique, eut égard à certaines considérations. Si l’on n’y prend garde, les vrais méritants de ces gestes de solidarité, de la part des pouvoirs publics, risqueraient d’être marginalisés au profit des couches sociales les moins vulnérables.
Car, proposer un plan de solidarité nationale est une chose mais son exécution correcte en est une autre. Tout le succès de ce projet de distributions d’aides résidera en la bonne foi des comités de pilotage qui seront chargés à propos. En d’autres termes, ces personnes investies de missions pour la circonstance devront faire montre de bonne moralité en évitant de sombrer dans les pièges du trafic d’influence ou du favoritisme ; si l’on veut atteindre les objectifs escomptés. Les pouvoirs publics devront se montrer très regardants durant tout le processus en cours. En tout cas, tout devra être fait pour éviter pour cette situation précisément, les injustices constatées lors de l’attribution des logements sociaux, communément appelés ATTbougou, pour lesquels les vrais destinataires ont été le plus souvent évincés.
En toute certitude, ce plan de riposte contre le COVID-19, s’il est mal géré, loin de compenser les souffrances des populations, renforcera davantage les clivages et les frustrations.
Kia SISSOKO/Duniya kibaru.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici