TENTATIVE DE DÉSTABILISATION DE LA TRANSITION POLITIQUE: ARRESTATIONS EN CASCADES À BAMAKO

0
398

Depuis lundi dernier, des soupçons de coup d’État ou tentative de déstabilisation de la transition est l’actualité dominante au Mali. Ainsi, plusieurs personnes dont des personnalités sont arrêtées par les services de la sécurité d’État. Pour l’heure, aucune communication officielle n’a été faite sur ces arrestations. D’où l’inquiétude suscitée de part et d’autre.
Depuis lundi dernier, des rumeurs de coup d’État ou de tentative de déstabilisation domine l’actualité dans notre pays. Ainsi, relativement à cette situation, des arrestations en cascades ont été opérées par les services de la sécurité d’État. Ils sont sept au total, les personnes mises aux arrêts.
Parmi celles-ci, figurent des personnalités dont l’ancien premier ministre Boubou CISSÉ, le secrétaire général de la présidence, Sékou TRAORÉ, ainsi que Robert Vital DIOP qui dirige l’Agefau et le directeur du PMU Mali. Parmi ces arrestations, figurent également le journaliste et chroniqueur Ras Bath. Ces personnes, sont indubitablement détenues dans les geôles de la Direction Générale de la Sécurité d’État.
Jusqu’à présent, aucune communication officielle n’a été faite à propos, suscitant ainsi l’inquiétude et l’incompréhension générale au sein des populations. Ce silence assourdissant des autorités de la transition a fait monter au créneau des organisations de défense des droits de l’homme qui dénoncent déjà des arrestations arbitraires.
Cependant, ces différentes actions, des services de sécurité, sont à inscrire au compte de celles entreprises pour des raisons d’État. Par ailleurs, à l’heure où nous sommes, le Mali a- t – il vraiment besoin d’un scénario pareil ?
De toute évidence, aucun coup d’État ou action de déstabilisation, contre la transition en cours, ne saurait être accepté par le peuple malien qui souffre déjà le martyr. Et, pour cause, quoiqu’on dise, les autorités actuelles semblent jouir de la confiance et de la complaisance d’une bonne partie de l’opinion, suite au discrédit et à l’échec de la classe politique en général.
Seulement, nous osons espérer une issue rapide à cette nouvelle crise qui alourdit le déroulement normal de la transition.

Souleymane KONATÉ/Duniya kibaru.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici