SOMMET FRANCE -AFRIQUE: LE SYMBOLE DU NÉO -COLONIALISME SOUS UN NOUVEAU FORMAT

1
332

Le sommet France – Afrique qui s’est tenu hier, 8 octobre 2021 à Montpellier, en France, est inédit dans sa forme. Contrairement aux années précédentes, le rendez-vous de cette année qui réunit les chefs d’État africains autour du président français, a plutôt regroupé des représentants de la société civile, des entrepreneurs et notamment la jeunesse du continent. Ce sommet, sous une nouvelle forme, était une promesse du président français Emmanuel Macron, il y a 4 ans, à l’université de Ouagadougou.

Le sommet France – Afrique qui s’est tenu cette année à Montpellier en France était une première dans l’histoire de ce grand rendez-vous entre la France et les pays africains. En effet, habituellement, cette rencontre qui regroupe les chefs d’État du continent noir, autour du président français, a plutôt changé de configuration cette année. Il est vrai que pour ce sommet précis, en lieu et place des dirigeants, ce sont les représentants de la société civile, les entrepreneurs et surtout la jeunesse africaine qui se sont présentés.

Ce sont donc ces nouvelles têtes, porteuses de doléances qui discuteront des préoccupations majeures de l’Afrique face au chef de l’exécutif français.
Il faut rappeler que ce sommet, sous ce nouveau format était une promesse du président Emmanuel Macron au cours de son passage à l’université de Ouagadougou, il y a 4 ans de cela. Cette façon de faire les choses, est une preuve de la volonté du chef d’État français d’envisager autrement les relations entre l’ancienne puissance coloniale et le vieux continent. Autrement dit, donner un nouveau visage à la France – Afrique.
Visiblement, ce changement d’interlocuteurs sonne comme un aveu d’échec des précédents représentants de l’Afrique que sont les chefs d’État. Signe évident que l’ancienne architecture de ce sommet historique s’est avérée infructueuse sur toute la ligne. Par ailleurs, parmi les réformes majeures promises par Macron, figurait en pôle position la question du FCFA. Parlant de ce nouveau sommet, il peut paraitre séduisant dans sa nouvelle forme.

Cependant, le lobbying actuel, émanant du continent africain, sera – t-il de taille à relever le challenge, au regard des grands enjeux en présence? À ce sujet, de l’avis de nombreux analystes, c’est une cause perdue d’avance eu égard à la présence de nouveaux interlocuteurs qui ne sauraient valablement représenter le continent à ce rendez-vous.

D’un autre côté, si l’on s’attarde sur la personnalité de Macron, l’on décélera presque les mêmes traits de caractère avec ses prédécesseurs chefs d’État français. Ils charient les mêmes comportements qui ont toujours empoisonné les relations de la France Afrique. En effet, la condescendance, l’arrogance, le paternalisme et le mépris qui ont toujours caractérisé les dirigeants français dans leurs rapports avec les pays africains, notamment colonisés, se résument en Emmanuel Macron. En guise d’illustration, l’on se souvient des affronts répétés de Macron contre les autorités et le peuple malien.

Par ailleurs, la présence militaire de la France et son ingérence dans les affaires internes des États s’est davantage accentuée sous le mandat d’Émmanuel Macron. Et, parlant du FCFA, il ne faut pas crier victoire, car il n’a changé que de nom, conservant intact les fondements fâcheux de cette monnaie colonialiste.

Macron n’est donc pas cet homme nouveau capable d’incarner un réel changement dans le cadre de la France – Afrique. Là-dessus, il est loisible de dire qu’entre l’actuel président français et ceux qui l’ont précédé au pouvoir, c’est blanc bonnet, bonnet blanc.

Dans ces conditions, il y a toutes les chances que le bébé qui naîtra de ce sommet France – Afrique, nouvelle version, dégagera les mêmes odeurs pestilentielles que tous ses frères qui l’ont précédé.

Décidément cette énième rencontre n’aura été que gaspillage de salive car tout est joué d’avance.

La rédaction/Duniyakibaru.net

1 COMMENTAIRE

  1. Oui !
    Un sommet injurieux qui se résume à changer le style du manteau, sinon la coupe reste le même .
    Ce énième » sumu » de la France À Fric, trahit la vieille France qui change de méthode en corrompant une jeunesse qui n’est d’ailleurs pas représentative de la jeunesse africaine.

    La jeunesse, la société civile panafricaine n’étaient pas à Montpellier.

    Ce sommet vient consacrer encore une fois de plus, la perte de vitesse de la France À Fric.
    Malheureusement, la grande France des droits de l’homme semble ignorer que le bébé après la marche à 4 pattes doit se tenir debout

    Le temps nous edifiera encore plus .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici