PROCÈS DE L’ ASSASSINAT DE THOMAS SANKARA: LES BURKINABÉS VONT – ILS ENFIN CONNAÎTRE LA VÉRITÉ ?

1
159

C’est aujourd’hui que débute le procès de l’assassinat de Thomas Sankara, à Ouagadougou dans le quartier très huppé de Ouaga 2000. Ce procès tant attendu se déroulera sous très haute protection. Au total, 14 personnes dans le box des accusés dont deux absents de taille. Il s’agit de l’ex-president Blaise Comparé et l’adjudant – chef Yacynthe Kafando.

Ce lundi 11 octobre 2021 est un jour mémorable pour de nombreux burkinabés épris de justice. En effet, cest aujourd’hui que débute le procès de l’assassinat, à huis – clos, du capitaine Thomas Sankara. Pour rappel des faits, il ya 34 ans de cela, et, plus précisément le jeudi 15 octobre 1987 que le jeune capitaine mourait, froidement assassiné par un commando ainsi que 12 de ses compagnons. Et, c’est ce coup d’État qui a visé à éliminer physiquement Thomas Sankara qui a porté l’ex-président Blaise Comparé au pouvoir. Il faut rappeler que Thomas Sankara et Blaise Compaoré étaient des frères d’armes.
Ainsi, à ce procès, qualifié d’historique, manquent pourtant à l’appel deux accusés de taille. Il s’agit de l’ex-Chef d’État, Blaise Compaoré, considéré comme étant le commanditaire de l’assassinat du jeune capitaine et de l’adjudant – chef, Yacynthe Kafando, qui est indexé comme étant chef du sinistre commando à l’origine de l’attaque qui a coûté la vie à Thomas Sankara et à ses compagnons. Pourtant, le procès se déroulera sans ces deux accusés car si Blaise Compaoré est actuellement réfugié en Côte d’ivoire, depuis son renversement par un soulèvement populaire et bénéficiant de la nationalité ivoirienne, il faut dire que son acolyte, Yacynthe Kafando, est toujours en cavale. D’ailleurs l’ex-Chef d’État a moult fois récusé ce procès. Quant aux familles, sympathisants de Thomas Sankara et ses compagnons, ils sont à la fois amers et désespérés de l’absence des principaux accusés à ce procès qui, lui-même est décrié à cause du fait qu’il se tienne à huis-clos. En effet, pour beaucoup d’observateurs et partie prenante, un procès à huis-clos obéit aux ordres d’une hiérarchie et donc est susceptible de manquer de transparence.
Ils sont pourtant nombreux les burkinabés rêvant d’un procès public avec toutes les personnes impliquées et notamment Blaise Compaoré. Mais, les conditions actuelles, dans lesquelles il se déroule, laissent croire qu’il s’agit d’un procès biaisé d’avance. En tout cas, cet événement fortement médiatisé, suscite, non seulement un grand engouement mais aussi de la passion auprès de l’opinion burkinabé. Cela s’explique par le fait que Thomas Sankara, dépeint comme un révolutionnaire hors pair, s’était surtout illustré par ses prises de position publique contre l’impérialisme et militait ouvertement en faveur du panafricanisme. Cet homme, aux idées progressistes et farouche va-t-en guerre contre l’emprise de l’occident sur le vieux continent, qui arranguait les foules, était à la fois devenu dangereux et encombrant pour les néo – colonialistes et impérialistes endurcis qui voyaient en lui une veritable menace.
De toute évidence, quel que soit l’issue de ce procès, c’est un indicateur que Thomas Sankara est certes mort mais que ses idées ont bel et bien survécu, à travers leur voyage dans le temps, jusqu’où tout récent sommet France – Afrique, où le spectre triomphateur, dominateur et majestueux du jeune capitaine révolutionnaire, a plané car certains de ses propos ont été repris par la jeunesse africaine présente au rendez-vous, entre l’Afrique et la France. Dans ces conditions, il est loisible et sincère de dire: »Thomas Sankara est mort, vive Thomas Sankara.’

Souleymane KONATÉ / Duniya kibaru.net

1 COMMENTAIRE

  1. Tout compte fait, l’histoire retiendra que même mort, il demeure le héros, qu’on a faire taire à jamais, » l’espoir assassiné ».

    Quand est ce que cessera cette image de l’Afrique toujours en train de pleurer, regretter ses héros?

    À quoi rime un procès à huis clos? et en l’absence du principal accusé ?

    Le tribunal de l’histoire rendra son verdict à coup sûr. Il remettra chacun à sa place.
    Chaque roi sur son trône, chaque clown dans son cirque.

    D’autre part,La justice divine – pour ceux qui y croient- est Un guichet unique où chacun aura son ticket.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici