LES AUTORITÉS QUALIFIENT D’IRRESPONSABLES, LES DIRIGEANTS DE LA PLATEFORME « YÈRÈWOLO », ORGANISATEURS DE LA MARCHE POUR LE DEPART DES FORCES ÉTRANGÈRES AU MALI

0
299

La crise sécuritaire qui sévit en ce moment, a entrainé l’installation de nombreuses forces étrangères dans notre pays. Cependant, la tournure des évènements, émaillée par l’escalade de la violence, malgré la présence de celles-ci, a nourri un sentiment d’antipathie chez certains citoyens contre ces dites forces. D’ailleurs, c’est pour exprimer son exaspération que la plateforme « Yèrèwolo », compte marcher ce vendredi pour demander le départ de ces forces étrangères du Mali. Cette marche, bien qu’elle ait été autorisée, est néanmoins qualifiée d’irresponsable à la télévision nationale.

La plateforme « Yèrèwolo » compte bien marcher ce vendredi 10 janvier. L’objectif de cette marche est de demander le départ des forces étrangères, actuellement présentes au Mali. Pour ce mouvement, les raisons d’une telle démarche sont assez évidentes et se fondent sur l’inefficacité des dites forces.
En effet, ils sont aujourd’hui nombreux, parmi les populations, ceux qui pensent que la recrudescence de la violence ou de l’insécurité actuelle, au nord comme au centre du pays, trouve sa justification par la présence de toutes ces forces stationnées chez nous, depuis un certain temps.
En tout cas, la plateforme est bien décidée à aller jusqu’au bout de cette lutte. Et, c’était sans doute pour renforcer ses rangs qu’elle avait sollicité la présence du très sulfureux Kémi SÉBA, jugé persona non grata par les autorités maliennes.
Mais, il faut par ailleurs noter que si la marche a bel et bien été autorisée par les autorités compétentes, celle-ci semble cependant mal appréciée par ces mêmes autorités. Évidemment, cela pourrait s’analyser ainsi, si l’on s’en tient aux déclarations de Fatoumata MAIGA, au journal télévisé de 20h, sur la chaine nationale(ORTM). Cette ressortissante de Gao, au micro de l’ORTM, avait qualifié, d’irresponsables, voire d’inconscients, les organisateurs de la marche pour demander le départ des forces étrangères du Mali.
Suite à cela, de nombreux observateurs ont aisément déduit que par la voix de cette dame, visiblement opposée à cette action, c’est bien le pouvoir en place qui vilipendait ainsi la plateforme « Yèrèwolo », aux yeux de l’opinion.
Sinon, une telle intervention, qui s’apparente bien à une mise en scène, la veille d’une marche légale, était-elle vraiment opportune ? ¬Cette intervention de Fatoumata MAiGA soulève la question de savoir pourquoi le même micro n’a-t-il pas été tendu à un citoyen lambda, favorable à la marche du vendredi, afin qu’il édifie, par la même occasion, l’opinion sur le bien-fondé de cette action de la plateforme.
En tout cas, au-delà de toute polémique, nous sommes dans un pays démocratique, censé promouvoir les libertés, aussi bien individuelles que collectives, se doit d’observer la neutralité en de pareilles circonstances. Cela contribuerait à éviter bien de crispations, voire de frustrations entre les fils d’un même pays.
Souleymane KONATÉ

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici