LE PREMIER CONSEIL DE CABINET DIVULGUE SES PLANS D’ACTION: les GRANDES PRIORITÉS DU NOUVEAU GOUVERNEMENT DE CHOGUEL KOKALA MAIGA

0
142

Choguel Kokala Maïga, à la tête du nouveau gouvernement de transition, mis en place depuis le 11 juin dernier, a tenu son tout premier conseil de cabinet ce dimanche 13 juin 2021. Au menu des débats, ont été présentés les grandes priorités de l’action gouvernementale pour les huit mois restants à venir. À cette rencontre, ont figuré des représentants du M5-RFP, des militaires, des hommes politiques ainsi qu’une poignée de technocrates.
Cette rencontre représentant le tout premier conseil de cabinet du gouvernement du premier ministre Choguel Kokala Maïga était très attendue. Pour cause, c’est à l’issue de cette entrevue que le nouveau premier ministre devait divulguer les grandes priorités de l’action gouvernementale pour le temps restant imparti à la transition.
Dans son allocution, Dr Choguel Maïga, dans le cade de la redéfinition des priorités des réformes à engager, a promis l’organisation « d’assises nationales de la refondation ». Ensuite, il a évoqué le cap à donner aux huit mois restants à la transition. Par ailleurs, il souleva l’épineuse question de la corruption et de ses corollaires en ces termes:« L’action gouvernementale portera sur la fin de l’impunité dans notre pays et la mise en pratique d’une gouvernance de rupture, qui sont aujourd’hui des conditions de survie de l’État. »
Toutefois, ont figuré en pôle position dans le discours du premier ministre, l’amélioration des conditions de la sécurité, les réformes politiques et institutionnelles, l’organisation d’élections dans les delais réglementaires. Pour ce faire, a été rappelé l’éventualité de la création d’un organe unique et indépendant d’organisation des élections. Quant à la relecture des accords de paix et de réconciliation d’Alger, elle a été également mentionnée. Pour terminer, le premier ministre et président du comité stratégique du M5-RFPM5-RFP, a fait une autre promesse allant dans le sens de mener des poursuites judiciaires contre les responsables de la répression des manifestations de juillet 2020. Rappelons que cesdites manifestations à l’époque avaient été organisées par les forces coalisées du M5.
Au regard de toutes ces priorités relatives à l’action gouvernementale, nous dirons que le chantier sur lequel doit plancher le nouveau gouvernement est vaste. Aussi, quoique séduisant à vue d’oeil, la mise en oeuvre de toutes ces actions ne risque-t-elle pas d’être confrontée à un facteur temporel contraignant? En effet, il est à craindre que les huit mois restants à cette transition puissent suffir à venir à bout de cette tâche titanesque qu’attend notre nouveau gouvernement.
Or, visiblement, ces nouvelles autorités n’ont plus droit à l’erreur car elles ont aujourd’hui la lourde tâche de sortir le pays de l’ornière, à travers de solides réformes, sous peine de retomber quelques années plus tard dans le cycle infernal des coups d’État qui nous rameneraient à la case départ.
Il ne reste plus qu’au peuple malien de dépasser ses antagonismes et de rester soudés derrière ses nouveaux dirigeants tout en croisant les doigts à l’espoir d’un lendemain meilleur sous un horizon pourtant sombre.
La rédaction/Duniya kibaru.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici