LA CEDEAO LÈVE ENFIN LES SANCTIONS CONTRE LE MALI

0
248

Dans une déclaration conjointe des chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO sur le Mali, datant du 05 octobre 2020, les dirigeants des pays membres de l’institution décident de lever l’embargo contre notre pays. Cette décision qui tardait à venir suscitait déjà beaucoup d’incompréhension et surtout de mécontentement de part et d’autre. C’est donc avec satisfaction que le Peuple malien a accueilli cette nouvelle.

C’est dans sa déclaration conjointe, du 05 octobre 2020, que les dirigeants de la CEDEAO ont décidé de la levée des sanctions qui frappent notre pays, depuis le coup d’État contre Ibrahim Boubacar KÉITA. Aussi, de nombreuses tractations avaient été menées, en vue de l’obtention de la suspension de l’embargo, à l’époque. Cependant, toutes s’étaient soldées par de cinglants revers. En effet, la CEDEAO avait posé à la junte militaire, un certain nombre de conditions préalables.
Il faut noter qu’en dépit de la satisfaction de presque toutes ces exigences, les Chefs d’État campaient toujours sur leur position, suscitant du coup colère et incompréhension générale, au sein des populations. Disons que la levée des sanctions, par l’organisation ouest-africaine, est imputable aux efforts inlassables, des auteurs du putsch contre IBK, à satisfaire les recommandations exigeantes de la CEDEAO.
Par ailleurs, force est d’évoquer la pression exercée par ces nombreuses voix qui s’élevaient pour exprimer leur indignation quant au maintien des restrictions imposées au Mali. Parmi celles-ci, des regroupements de la société civile à l’instar du FUSI(Front Uni pour la Sauvegarde de l’Intégrité territoriale du Mali) qui avait même récemment animé un point de presse pour lancer un ultimatum à la CEDEAO.
En plus, la formation du tout premier gouvernement, majoritairement constitué de civils, a été appréciée comme un gage de bonne foi de la part de la junte. De toutes les façons, les Chefs d’État disent avoir agi sur la base de certaines garanties de bonne gouvernance qu’offre le processus en cours, même si certaines exigences restent pour le moment non satisfaites. Il s’agit notamment des personnalités arrêtées lors du coup d’État et qui sont toujours en détention.
De toute évidence, cette victoire est à mettre à l’actif de l’ensemble du Peuple malien qui a presque souffert le martyr et qui s’est montré résilient dans ces moments particulièrement difficiles. Maintenant que tous les obstacles sont levés et que ses relations avec ses voisins sont normalisées, le nouveau gouvernement disposera de plus de marge de manœuvre pour mener à bien sa mission.
C’est après ce geste fort, de sa part, qu’une délégation de la CEDEAO se rendra chez nous en vue d’une nouvelle inspection de l’état des lieux. Après la levée des sanctions, la balle est maintenant dans le camp de nos autorités qui devront tout mettre en œuvre pour soulager le peuple et justifier par la même occasion ce changement de régime.
Mohamed TRAORÉ/ Duniya kibaru.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici