INVESTITURE DU QUARANTE SIXIÈME PRÉSIDENT DES ÉTATS UNIS : JOE BIDEN À LA TÊTE D’UNE AMÉRIQUE DIVISÉE

0
237
Joe Biden is sworn in as the 46th president of the United States by Chief Justice John Roberts as Jill Biden holds the Bible during the 59th Presidential Inauguration at the U.S. Capitol in Washington, Wednesday, Jan. 20, 2021.(Saul Loeb/Pool Photo via AP)

Les États-Unis d’Amérique viennent d’investir leur 46 ème Président de la République. Après des élections tumultueuses et un climat socio-politique des plus tendus, Joe Biden aura finalement accédé à  la magistrature suprême. Seulement, le tout nouveau Président hérite d’un pays socialement fragmenté.

Ces élections présidentielles auront montré au reste du monde un autre visage des États-Unis d’Amérique. En effet, le mythe d’une américaine, symbole de la démocratie, a  volé en éclat après le refus de Donald Trump de reconnaître la victoire de son challenger et la prise d’assaut du capitole par ses partisans. 

En plus, l’investiture de Joe Biden était fortement menacée de perturbations par les boogaloo boys, ce mouvement extrémiste, anti- gouvernement, aux États-Unis, qui appelle à la guerre civile et dont les membres se présentent comme de farouches défenseurs de l’ex – Président Trump ; jetant ainsi un froid glacial sur la cérémonie en question. 

Par ailleurs, malgré l’investiture de l’actuel Président, les militants pro Trump, qualifiés de jusqu’au boutistes, promettent de continuer le combat de leur mentor qui ne s’est jamais avoué vaincu. 

Dans ce contexte socio-politique extrêmement tendu, il  va s’en dire que Joe Biden a logiquement hérité d’un pays fortement divisé. Dans ces conditions, l’une de ses priorités consistera à réconcilier le reste de l’Amérique d’avec les 74 millions d’électeurs qui ont opté  pour Donald Trump. 

C’est donc à une tâche titanesque qui est celle de la reconstruction de la démocratie, visiblement émiettée, que Joe Biden devra désormais s’atteler pour véritablement diriger et restaurer l’image de marque du pays. Cette question est primordiale d’autant plus que nous parlons d’un pays en proie à  la souplesse dans la législation des armes à feu et où celles-ci s’acquièrent comme de petits pains. 

Les États-Unis ont certes frôlé la guerre civile mais n’en sont pas pour autant à l’abri car vu les circonstances actuelles, ce pays reste quand même posé sur un chaudron qui, à  tout moment, peut entrer en ébullition.

Souleymane KONATÉ / Duniya kibaru.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici