CRISE SCOLAIRE : L’ASSOCIATION DES ECOLES PRIVÉES AGRÉÉES DU MALI (AEPAM) SUSPEND LES COURS.’

0
463

Cela fait quelques jours déjà que l’AEPAM a décidé la fermeture des établissements d’enseignement secondaire privés au Mali ; pour cause, le non payement des subventions (les demi-bourses et les frais scolaires) que l’État doit aux promoteurs pour le compte de l’année scolaire 2019-2020.

En fait, chaque année scolaire, l’État malien signe avec les promoteurs d’écoles privées, de l’enseignement secondaire, un contrat qui consiste, pour l’État, à transférer l’excédent d’élèves des écoles publiques dans ces écoles privées, moyennant une subvention par élève. Cette subvention est payable, généralement en deux tranches. La première en octobre ou novembre pour un amorçage paisible de l’année scolaire et la seconde et dernière tranche en avril ou mai de l’année suivante. Mais, cette année scolaire chaotique qui n’a tenu aucune promesse, n’a épargné aucun acteur scolaire ; ni les enseignants, ni les élèves et parents d’élèves, encore moins les promoteurs. La plupart de ces écoles n’ont pas encore reçu leurs indemnités, bien que l’année scolaire ait normalement suivi son cours, en tout cas dans les écoles privées. L’État, pardon, le CNSP, disons, semble incapable de payer ces subventions, mettant ainsi les écoles privées dans une totale asphyxie financière, donc dans l’incapacité de payer à leur tour, leurs enseignants qui sont de surcroît des chefs de familles. Inutile de rappeler qu’ils ont aussi des bouches à nourrir.
L’AEPAM, au-delà d’une grève illimitée, qui n’augure rien de bon, enfonce le clou. Au cas où, les promoteurs ne reçoivent pas leurs dûs, les écoles privées fermeront leurs portes et les examens nationaux (le DEF, le CAP, le BT et le BAC) ne se tiendront probablement pas dans leurs établissements. À eux seuls, ces établissements représentent près de 75% des centres d’examen.

Cette nouvelle situation compromet une fois encore, l’année scolaire 2019-2020 qui n’a pas encore fini de révéler toutes ses surprises.
Mohamed TRAORE/ duniyaKibaru.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici