ANALYSE DE DOCTEUR LAYA AMADOU GUINDO SUR LA SITUATION POLITIQUE AU MALI: « Sommet d’Accra: le Mali doit soutenir le Mali. »

0
200

Le sommet d’Accra, prévu ce dimanche 30 mai 2021, s’annonce décisif pour l’avenir sociopolitique immédiat du Mali. Le sommet de la CEDEAO prendra-t-il des mesures correctives contre le notre pays ou va-t-il contribuer à apaiser la situation dans laquelle le Mali vit? Mystère et boule de gomme.
En effet, les événements douloureux des 24, 25 et 26 mai 2021, ont eu pour conséquences la présentation de la démission du Président et du Premier ministre de la Transition et la dissolution ipso facto du nouveau gouvernement.
Nonobstant cet épisode pour le moins douloureux, il faut reconnaître que la vie d’une Nation est faite de hauts et de bas. La nôtre ne déroge point à cette règle universelle.
Cependant, les hommes passent, les régimes se succèdent mais l’État demeure et demeurera pour l’éternité.
Le défi actuel qui nous attend tous, c’est de sauver et d’assurer la continuité de l’État en tous lieux et en toutes circonstances.
En effet, une analyse approfondie de la situation du pays depuis l’annonce de la prise des responsabilités des Colonels face à l’histoire, l’ensemble des forces vives de la Nation semble prendre conscience du niveau très élevé des incompréhensions qui prévalaient au sommet de l’État depuis le début de la Transition.
La seule alternative réaliste, c’est une lecture lucide de la situation et une union sacrée autour de l’essentiel. Ce qui passe par la volonté de mettre en veilleuse les différends. Les FAMAs et les civils doivent se serrer les coudes et emboucher les mêmes trompettes pour contrarier la communauté internationale et par la même occasion faire face à d’hypothétiques sanctions de la CEDEAO lors du sommet de demain à Accra. Ceci est d’autant plus important qu’une sanction d’un pays enclavé comme le Mali ne fera qu’aggraver la souffrance de nos paisibles populations. Nous devons dépasser les récriminations et lamentations et surtout d’arrêter de faire le procès du passé.
Il importe de savoir également que les sanctions ciblées contre la junte n’auront aucun sens parce que ces meneurs ne sont ni détenteurs de comptes bancaires à l’étranger, ni propriétaires de résidence, encore moins des détenteurs ANALYSE patrimoine immobilier à l’étranger. Ils viennent en majorité du terrain et des zones de front ou de combat. A contrario, c’est la population malienne qui payera les frais de cette sanction absurde qui sera en réalité un moyen de dissuasion des apprentis putschistes dans la sous-région ouest africaine.
Après avoir sauvé l’essentiel, les adversités locales peuvent refaire surface en vue de conquérir le pouvoir.
Peuple du Mali, unis, nous avons plus à gagner.

Dr Laya Amadou GUINDO Maître-Assistant d’université
Membre de : Badenya ton, RAMATA-PLUS, COFOP et ADRN.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici