VÉRITABLE COUP DE THÉÂTRE: ARRESTATIONS DE BAH NDAW ET MOCTAR OUANE. S’ACHEMINE-T-ON VERS UN NOUVEAU PUTSCH MILITAIRE AU MALI?

0
179

Ce qui n’était au début qu’une rumeur est aujourd’hui une réalité. En effet, l’arrestation du Président de la transition Bah Ndaw ainsi que de son premier ministre Moctar Ouane n’est fait l’ombre d’aucun doute. La cause de cette situation insolite est à rechercher dans le nouveau gouvernement de Moctar Ouane à peine publié ce lundi 24 mai 2021.
La nouvelle qui a coulé telle une traînée de poudre relative, à l’arrestation du Président de la transition, Bah Ndaw, ainsi que de son premier ministre Moctar Ouane a, à la fois, suscité la surprise et l’incompréhension au sein des populations. En amont, des rumeurs insistantes s’étaient pourtant répandues à propos de cette situation.
Cette crise est certes le corollaire de l’annonce de la composition du nouveau gouvernement de Moctar et de l’eviction de faucons de l’ex-CNSP à leur poste respectif. En effet, le colonel Modibo Koné, ancien ministre de la Sécurité et de la Protection civile a été remplacé par le général Mamadou Lamine Ballo, puis, par la même occasion, le colonel Sadio Camara a cédé son fauteuil du ministère de la Défense au général Souleymane Doucouré, ancien chef d’état-major de l’armée de l’air qui était jusqu’alors secrétaire général du ministre de la Défense. De sources concordantes, les deux têtes de l’exécutif ont été interpellés puis conduits sous escorte militaire à Kati où ont été signalés de forts mouvements de troupes.
En tout cas ces interpellations suscitent certaines interrogations. En remplaçant ces deux membres influents de l’ex – junte, Bah Ndaw et son premier ministre ont-ils enfreint les règles d’un deal au sein de la troupe? Ou qu’elles sont les raisons profondes qui ont poussé le chef de l’exécutif à éjecter les colonels Sadio Camara et son frère d’arme Modibo Koné de leur fauteuil ? Par ailleurs on est en droit de s’interroger jusqu’où iront les princes du jour de Kati dans cette nouvelle posture ?
En toute objectivité, le Mali avait – il vraiment besoin de cette nouvelle crise à un moment où le centre est un véritable brasier tandis que la crise sociale âprement menée par la principale centrale syndicale, l’UNTM , bat son plein? La situation du Mali va dont de mal en pis au regard des événements actuels.
Cependant, dans ce combat de titan, ce sont les populations qui, en victimes colaterales, paient jusqu’alors le lourd tribut de ces gueguerres interminables dont ils ignorent parfois même les tenants et les aboutissants.
Encore une fois de plus, c’est la fibre patriotique qui a manqué de vibrer dans les coeurs, balayée par les intérêts partisans tous azimuts.
Souleymane KONATÉ / Duniya kibaru.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici