SENTIMENT ANTI-FRANÇAIS AU MALI: LES AUTORITÉS EMPÊCHENT LA TENUE DES MANIFESTATIONS POUR LE DÉPART DE BARKHANE

0
198

Le sentiment anti-français est une réalité au sahel et plus précisément au Mali. En effet, aujourd’hui, plus qu’hier,  pour des raisons diverses, ils sont nombreux les maliens demandant le départ des forces françaises stationnées chez nous dans le cadre de la crise sécuritaire. Et, à  propos, des manifestations prévues pour ce mercredi 20 janvier ont été empêcheées par les autorités.

Depuis l’avènement de cette crise sécuritaire au Mali, le sentiment anti-français n’a cessé  de grandir. Ainsi, des voix hostiles à  la présence des forces françaises en stationnement chez nous, se sont toujours élevées pour demander leur départ. 

Aujourd’hui encore, une composante de la société civile malienne s’active dans ce sens à  travers une manifestation qui avait été prévue ce mercredi 20 janvier, date anniversaire de notre armée. L’élément amplificateur de cette situation reste le bombardement de Bounti dans la localité de Douentza, lors d’une frappe conjointe entre l’armée française et les FAMAs. 

Rappelons que pour empêcher ce rassemblement, un communiqué à titre dissuasif du Ministre de la Défense et des Anciens Combattants avait été publié. Nonobstant cela, les organisateurs principaux le mouvement yèrèwolo débout sur le rempart  composés de l’activiste malien, Ben le Cerveau, l’honorable Moussa Diarra, Sidiki Kouyaté et de leurs invités, à  l’instar du très  sulfureux Kemi Séba, Sékou Tounkara, le politologue résidant à  New York, Ty chérie ainsi que deux membres des gilets jaunes français et plusieurs personnes acquises à la cause étaient au rendez-vous. Seulement, l’impressionnant dispositif des forces de l’ordre et de sécurité déployé sur les lieux, à cet effet, constitua une sérieuse entrave. Les manifestants ont été bombardés par des gaz lacrymogènes donc la marche n’as pû avoir lieu.

Disons que ce mouvement de contestation est l’expression du discrédit d’une partie des maliens envers les forces françaises de l’opération Barkhane. Cette hostilité envers cette armée  présente au sahel s’explique par ses différentes bavures et son incapacité selon cette partie de l’opinion à freiner la récurrence des attaques terroristes sur le territoire. 

En fait, pour ces maliens farouchement opposés à la présence militaire de la France, c’est surtout le rôle réel de cette dernière qui est remis en cause. Ils sont, en tout cas, bon  nombre à évoquer la duplicité de Barkhane et sa position jugée très opaque , donc sa sincérité, dans ce combat contre le terrorisme au sahel. 

Cependant, vu la détermination des détracteurs de Barkhane, il est à s’interroger si l’obtention du départ de cette force sera le déclic pour une résolution définitive de la crise sécuritaire dans notre pays. Par ailleurs, nos forces sont – elles suffisamment aguerries pour faire cavalier seul dans cette difficile traque aux terroristes endurcis ?

Souleymane KONATE /Duniyakibaru.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici