LE PROFESSIONNALISME ET LE PRAGMATISME DU CapDH, EN FAVEUR DE LA PAIX, COURONNÉS PAR LE PRIX SMART PEACE PRIZE

0
113

C’était le mardi, 27 avril 2021 dernier, qu’a eu lieu la cérémonie officielle de remise du prix Smart Peace Prize, décerné par la Fondation française Leaders pour la Paix. Et, pour l’édition 2020, c’est le Centre d’assistance et de promotion des Droits Humains (CapDH) qui est Lauréat à travers son projet « Education à la paix, au civisme et au vivre-ensemble ». Ladite cérémonie s’est déroulée par visioconférence eu égard au contexte sanitaire actuel, exacerbé par la pandémie de la COVID -19.

Comme le véhicule le dicton: »À Cesar ce qui est à César ». Les efforts inlassables du CapDH en faveur de la promotion de la paix ainsi que des droits humains ont finalement été couronnés à travers cette prestigieuse récompense. En guise de rappel, notons que ce prix a pour vocation de récompenser les initiatives pédagogiques portées par un organisme public ou privé dédiées à la petite enfance et qui visent à innover dans le domaine de l’éducation à la paix ainsi qu’à prévenir des comportements violents, C’est une initiative de la Fondation Française dénommée Leaders pour la Paix, dont la présidence est assurée par Monsieur Jean-Pierre Raffarin, Ancien Premier Ministre. Cette faîtière ambitionne de sensibiliser les dirigeants et les opinions publiques sur les risques de conflits armés, régionaux ou mondiaux.
Il faut dire que cette auguste cérémonie a, d’une part, été honorée par la participation d’illustres personnalités politiques françaises, dont notamment Monsieur Jean-Yves LE DRIAN, Ministre de l’Europe et des Affaires Etrangères et Monsieur Jean-Pierre RAFFARIN, Ancien Premier Ministre, Président de la Fondation Leaders pour la Paix ainsi que la Directrice Générale de la Fondation, Madame Donia KAOUACH et, de celle des partenaires et initiateurs du projet primé dont Monsieur Solomane KONE, Chargé de Volet Education à la Paix de l’ONG ORFED, Monsieur Négueting DIARRA, Directeur Exécutif du CapDH ainsi que d’autres membres de sa Direction, d’autre part.
L’un des temps forts de cette cérémonie sera marqué par cette effroyable révélation faite, au cours de son allocution, par Monsieur Jean-Pierre RAFFARIN, Président de la Fondation, selon laquelle les écoles de guerre dans le monde supplantent celles de paix de part leur nombre. Or, pour l’intéressé, c’est l’inverse de cette situation qui devrait être logiquement observée. Ainsi dit, ce n’est qu’après avoir présenté l’ONG Leaders pour la paix et félicité le CapDH qu’il fera le geste de remise symbolique du prix.
Succédant à Monsieur RAFFARIN, c ‘est le Directeur Exécutif du CapDH, qui non seulement salua l’initiative mais aussi exprima toute sa reconnaissance et sa gratitude à la Fondation Leaders pour la paix quant au choix porté sur son projet. Poursuivant dans le même ordre d’idées, Monsieur Negueting DIARRA remercia par la même occasion le Service de Coopération et d’Actions Culturelles (SCAC) de l’Ambassade de France au Mali et l’Organisation pour la Réflexion, la Formation et l’Education à la Démocratie et au Développement (ONG-ORFED)
pour leurs appuis financiers. Il a, en outre, remercié l’École de la paix de Grenoble pour son appui technique et le Ministère de l’Education Nationale pour les multiples efforts fournis dans la mise en œuvre du projet à travers ses services centraux et déconcentrés.
L’heureux locuteur du jour n’a pas manqué de souligner que ce prix consolidera les actions déjà entreprises par le CapDH, et apportera toute la motivation ainsi que le réconfort moral et psychologique pour continuer sans relâche l’oeuvre déjà entamée en faveur de la cohésion sociale au Mali.
Le Directeur Exécutif terminera son réquisitoire non sans lancer un appel à l’ensemble des partenaires susceptibles de soutenir cette initiative afin de sa vulgarisation. À l’endroit des autorités étatiques maliennes, Monsieur DIARRA plaida pour une intégration de l’outil Pédagogique « Objectif –Paix Mali » dans les programmes scolaires officiels dont les enfants seront les premiers beneficiaires.
À son tour, le Ministre Jean Yves LE DRIAN, dans son intervention, s’est étendu sur la situation sécuritaire dans le monde et particulièrement celle du Mali où la France soutient les actions de stabilisation. Pour terminer, il soutint qu’un accent particulier devra être mis sur la sensibilisation des enfants concernant les questions de paix. À ce sujet, le ministre salua et félicita conjointement le CapDH et la Fondation Leaders pour la Paix pour la pertinence de leur projet respectif envers l’enfance.
Toutefois, il est opportun de rappeler que le projet « Education à la paix, au civisme et au vivre-ensemble » fut initié par le CapDH et l’Ecole de la Paix de Grenoble en étroite collaboration avec le Ministère de l’Education Nationale à travers la Direction Nationale de l’Enseignement Normal (DNEN). Il fut cofinancé par le Service de Coopération et d’Actions Culturelles (SCAC) de l’Ambassade de France au Mali et l’Organisation pour la Réflexion, la Formation et l’Education à la Démocratie et au Développement (ONG ORFED).
Concernant l’etendue du projet, il faut dire que sa mise en œuvre a concerné 93 écoles fondamentales de 08 Centres d’Animation Pédagogique (CAP) des Académies d’Enseignement de Kati et Bamako, Rive gauche. Au total, 26 550 élèves ont bénéficié des séances d’animation sur la paix, 506 parents d’élèves mobilisés et 429 enseignants formés sur les techniques d’animation de l’outil pédagogique « Objectif-Paix Mali».
Par ailleurs, pour ce qui est de l’atteinte des résultats, les témoignages des directeurs d’écoles et enseignants sont très éloquents en la matière. En effet, ils indiquent que ledit projet a contribué à l’acceptation mutuelle entre enfants venant d’horizons divers et à la diminution des conflits liés à la différence, conditions sine qua non de l’instauration d’un environnement propice à la paix et au vivre-ensemble.
C’est le lieu ici de féliciter le CapDH à travers l’obtention de ce prix qui honore à plus d’un titre l’ensemble du Mali et de reconnaître par la même occasion toute la noblesse du combat qu’il mène, à la base, en faveur de la cohésion sociale, sérieusement et durement éprouvée.
Nous osons espérer que cette distinction honorifique, dûment méritée, ouvrira à coup sûr la voie à une synergie d’actions pour la reconstitution du tissu social presqu’en lambeaux aujourd’hui.

Souleymane KONATÉ / Duniya kibaru.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici