LA VILLE DE FANA RENOUE AVEC LES SACRIFICES HUMAINS: UN JEUNE HOMME DÉCAPITÉ ET SA TÊTE POSÉE À CÔTÉ DU CORPS.

1
298

Le cycle infernal de l’horreur se poursuit à Fana. Le lundi dernier, c’est un jeune homme de 22 ans, qui a été retrouvé décapité et la tête posée près du corps, rapporta TV5 Monde via une vidéo. Face à cette macabre affaire, des questions restent en suspend. S’agit – il d’un crime rituel comme d’habitude? D’un crime crapuleux ? Ou d’un simple règlement de compte? Autant de point d’ombre restés pour l’instant non élucidés dans ce drame qui vient une fois de plus endeuiller les populations de Fana.
La tristement célèbre ville de Fana renoue avec ses scènes d’horreur à n’en plus finir. Ainsi, le lundi dernier, 02 Août 2021, c’est un jeune homme de 22 ans, Aguibou Bagayogo, puisque c’est de lui qu’il s’agit, qui a été retrouvé mort. La victime a été décapitée et la tête posée à côté du corps. Pour l’instant, le mobile de cet assassinat, digne des films d’horreur, n’est pas connu. Aussi l’on se demande s’il s’agit d’un crime rituel comme à l’accoutumée, d’un crime crapuleux ou d’un simple règlement de compte.
Cette ville, située à 120 km de Bamako, se présente aujourd’hui comme le sanctuaire du sacrifice humain, au regard du triste record réalisé en si peu de temps. Il est vrai qu’en seulement 2 ans, cette localité a enregistré huit crimes à caractère sacrificiel. Et, le Mali tout entier garde encore le douloureux souvenir de l’assassinat de la petite albinos de 5 ans, Ramata Diarra, ayant trouvé la mort dans des conditions atroces similaires, il y a deux ans seulement, dans cette même ville de Fana.
Que se passe – t-il donc à Fana? Pourquoi autant de sacrifices humains? Profitant de sa mauvaise réputation, cette ville n’est – elle pas expressément choisie, comme lieu d’opération, par des candidats aux crimes rituels, venus d’autres horizons, afin de brouiller les pistes lors des investigations ? Toujours est – il que, ces actes abominables, issus des tréfonds de l’irrationnel, ont la propriété, selon leurs auteurs, d’attirer pouvoir, richesse, célébrité ou le bonheur en un mot.
Disons que les acteurs et commanditaires de ces crimes sont galvanisés à blanc, dans leur macabre entreprise, par le fait que les enquêtes, en la matière, n’aboutissent presque jamais. Tout porte à croire qu’il s’agit d’autorités haut placées ou de personnalités influentes, jouissant allègrement du mythe de l’intouchabilité et de l’impunité.
Dans tous les cas, que les autorités comprennent que cette situation ne saurait perdurer. Les maliens, et, notamment les populations de Fana, attendent d’être éclairés sur les motifs et les auteurs de cet énième crime qui n’honore en rien notre pays, mais aussi, banalise à suffisance le caractère sacré même de la vie humaine.

Souleymane KONATÉ / Duniya kibaru.net

1 COMMENTAIRE

  1. Mille et une questions que cette dixième décapitation suscite!! Crime rituel ?
    Secte satanique? , Meurtrier en série ??

    Pourquoi toujours la même ville ??

    Qu’est-ce qui s’y passe ? Qu’arrive t’il au Mali ??

    Où est ce qu’elles sont passées Les organisations des droits humains??
    De 2018 à nos jours c’est la dixième victime.

    Selon ses parents ( j’ai suivi l’interview du père de la victime) la tête a disparu, ils ont enterré le reste du corps sans la tête.

    Tout compte fait, il est vraiment grand temps que les autorités prennent au sérieux ces crimes récurrents en s’y impliquant effectivement…, En tirant au clair les précédents non élucidés.

    Peut être que comme souligné dans ton post, les présumés commanditaires doivent être au sommet…
    Sinon pourquoi cette omerta entourant ces crimes ?
    Avec Des enquêtes ouvertes mais jamais fermées…

    On a beau pronostiquer, …
    Le temps étant le second nom de Dieu, espérons que les commanditaires seront démasqués.

    Un crime n’est jamais parfait dit on !
    Wait and see !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici