LA SITUATION À FARABOUGOU: LA KATIBA MACINA macina D’AMADOU KOUFFA DANS UNE LOGIQUE DE PARTITION DU MALI

0
308

La localité de Farabougou, dans le cercle de Niono est toujours en proie au terrorisme. Cette zone, envahie depuis 6 mois déjà, demeure à nos jours une préoccupation majeure pour l’ensemble des maliens. Des accords entre ces terroristes de la Katiba Macina, affiliée à Al-Quaïda au Maghreb islamique et les chasseurs traditionnels dozos ont certes été trouvés. Par contre, cette organisation terroriste fait monter les enchères en exigeant le retrait des FAMAS de Farabougou. Une situation qui frise la partition du pays.
Farabougou est toujours perçu comme un casse – tête pour nos autorités. Envahi depuis 6 mois déjà par les terroristes de tout acabit qui font subir des exactions de toutes sortes aux populations de cette localité. Il est vrai que des négociations ont antérieurement été diligenées par l’entremise du Haut Conseil Islamique entre les factions rivales dont les terroristes et les dozos pour tenter d’amener l’académie.
À l’issue de cet accord, un précaire cessez – le – feu d’un mois est observé, permettant aux populations de vaquer librement à leurs occupations. Par contre, les Moujahidine de la Katiba Macina semblent vouloir faire monter les enchères en exigeant des FAMAS de se retirer de Farabougou sous peine de briser l’accord. Une pilule bien difficile à avaler pour les autorités maliennes.
En effet, céder à de telles exigences serait perçu tel un acte de renoncement à une partie intégrante du territoire national. Et, risquerait fort bien de plonger le pays dans un nouveau scénario à la Kidal. Négocier avec les groupes terroristes est certes une option, cependant celle-ci ne devrait pas mettre en péril l’unicité de la patrie, autrement, son caractère indivisible.
Sur ce coup, nos autorités devraient rester vigilantes et surtout adopter la fermeté face à ce qu’on peut qualifier d’inacceptable. Le Mali est une République et, à ce titre, devrait avoir le contrôle sur la totalité de son territoire. Partant de là, Farabougou ne peut faire exception à la règle et ne saurait constituer un nouveau Kidal au Mali.
Souleymane KONATÉ / Duniya kibaru.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici