DISCRÉDIT ET MESURES DE FERMETÉ CONTRE L’AEEM, LES AUTORITÉS S’ASSUMENT ENFIN

2
379

Dans le cadre de la mise en œuvre des plans d’actions des feuilles de route, issues des recommandations du Forum National sur l’insécurité en milieu scolaire et universitaire, le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique prend des mesures coup-de-poing vis-à-vis de l’AEEM.

Depuis bien longtemps, l’AEEM règne d’une main de fer dans nos universités. Foulant aux pieds tous les consignes sécuritaires et disciplinaires, les étudiants en charge de l’AEEM, pour la plupart, s’assimilent plutôt à de terribles gangsters sans foi ni loi. Les cérémonies de renouvellement de bureau se transforment systématiquement à des scènes macabres, terrorisant au passage professeurs, administateurs et étudiants.

C’est ainsi que sous le regard complaisant, à la limite laxiste, de l’association de parents d’élèves (APE), de la société civile et du Contribuable lui-même que ces jeunes ce sont égarés et ont envoyé certains des leurs à la morgue à coups de machette.

Par ailleurs, nombreux parmi les membres de l’AEEM ce sont illustrés dans le marchandage, l’intimidation, le trafic d’influence; et tout cela de connivence avec de très hautes personnalités au coeur su système scolaire et universitaire. Il faut dire que ces mesures n’interviennent pas trop tôt au regard de la dangerosité de ce groupuscule d’étudiants qui s’était arrogé le droit de prendre en otage notre université.
Les lettres circulaires interministérielles émises par le Ministre de l’Enseignent Supérieur et de la Recherche Scientifique sont formelles :
No 2020 / 000102 / MESRS-CAB et No 2020 / 000103 / MESRS-CAB du 15 décembre 2020, adressés au Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile ayant pour objet : Sécurité dans les cités universitaires :
– Opérationnalisation des Groupes de Sécurité Universitaire (GSU) qui seront des services techniques faisant parti de l’organigramme desdites Universités ;
Opérationnalisation des postes de sécurité crées dans les cités universitaires de Kabala (4), Badalabougou (3) et l’IPR / IFRA de Katibougou (1) ;
– L’organisation avec les recteurs des patrouilles et des fouilles périodiques dans les cités universitaires de Kabala, de Badalabougou, du Point G, de Ségou et de l’IPR / IFRA.
No 2020 / 000157 / MESRS-SG et No 2020 / 000158 / MESRS-SG du 15 décembre 2020, adressés respectivement au Directeur Général du CNOU et les recteurs d’Université ayant pour objet : Dénonciation des protocoles signés entre l’AEEM et le CENOU ainsi que la Création des Groupes de Sécurité Universitaire (GSU)
No 2020 / 000159 / MESRS-SG du 15 décembre 2020, adressé aux Recteurs d’universités, les Directeurs de grandes Ecoles et Instituts ainsi que le Directeur du CNOU ayant pour objet : Libération des domaines universitaires des occupations illégales :

– Déguerpir les parkings, gargotes, kiosques et autres installations illégales.
– Les parkings, gargotes, kiosques et autres installations ainsi que les espaces sociaux sont gérés par le CENOU.
Le PRODEC 2 ne sauraient être un succès qu’en faisant asseoir de nouvelles et saines bases afin que l’AEEM puisse retrouver son rôle indispensable d’antan. Pour une éducation sérieuse, performante et productive, ces mesures doivent être soutenues.
Mohamed TRAORÉ/ Duniya Kibaru.net

2 Commentaires

  1. C’est pas trop tôt de telles mesures.

    L’AEEM est l’effet d’une cause . Je dirais la parente pauvre de mars 91 et pour la faire taire/ marcher, on la laisse agir à sa guise.
    Bétail électoral pour ces mêmes politique avec qui ils étaient dans la rue en 91 ,
    Maintenant, elle joue le rôle d’épouvantail souvent.
    Sinon comment comprendre que pendant tout ce temps, elle n’en faisait qu’à sa tête ?

    Et de telles mesures pourquoi maintenant ?
    Wait and see ! Espérons que ce ne soit pas un coup d’épée dans l’eau ( un effort vain)
    Vu l’état de délitement du Mali.

  2. Je crains fort que ces mesures ne soient pas seulement des mots comme le tourbillon passager mais qu’elle soient d’action venue d’une volonté ferme et ardue pour que l’AEEM soit une organisation serviable à tous.
    Esperons aussi que cela soit une prise de conscience pour ceux-la qui utilisaient l’AEEM à leur fin propre politique ou autre d’arrêter toute manipulation de cette association estudiantine afin garantir une meilleure instruction au Mali à tous les niveaux. Vive l’ecole malienne dans la paix et quietude!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici