DÉFECTION EN CASCADE AU SEIN DU CONSEIL NATIONAL DE TRANSITION

1
384

À peine mis en place, que déjà le CNT semble des Mouvements de l’Azawad et de certains regroupements ou formations politiques qui y ont suspendu leur participation ou tout simplement refusé de siéger, l’Imam Oumarou DIARRA également vient de rendre sa démission.
Cela fait déjà quelques jours que le CNT a été mis en place. Tant attendu par les maliens, cet organe de la transition fait déjà pourtant grincer des dents et suscite de nombreuses critiques. Ainsi, en désaccord flagrant avec le CNT, certains partis politiques ont refusé de siéger et d’autres mouvements, à l’instar de la CMA, ont tout simplement préféré suspendre leur participation car mécontents du nombre de sièges obtenus.
S’agissant de l’Imam Oumarou DIARRA, membre du M5-RFP, il a manifesté sa désapprobation au Conseil National de Transition en rendant sa démission. Il faut dire que l’homme qui n’avait pas déposé de candidature en vue d’intégrer ce nouvel organe législatif, a quand même été nommé. Fidèle à ses principes, selon ses propres termes, l’Imam justifie son retrait à travers la déclaration suivante : « Par principe, j’ai démissionné, les principes c’est quoi, c’est la loyauté envers le peuple malien, la loyauté envers mes compagnons de lutte qui est le peuple M5. Également pour que les règles juridiques soient respectées pendant cette nomination. »
Rappelons que l’Imam Oumarou DIARRA, par cette posture face au CNT, a manifesté son attachement à la ligne officielle du M5-RFP qui a instruit à ses membres de ne pas chercher une place au sein de l’organe de transition. De nombreuses formations politiques se sont d’ailleurs inscrites dans la même logique.
Notons que pour intégrer le CNT, il fallait faire acte de candidature. Néanmoins certaines personnes qui n’étaient pas demandeurs ont été nommées. Cependant, en dépit de ses démissions précoces, l’organe législatif de transition devrait en principe connaitre sa première plénière avant la fin de cette semaine.
Espérons que d’autres défections ne suivront pas car cela sera de nature à entamer la crédibilité du CNT dont la mission fondamentale est d’effectuer de grandes réformes devant sortir le pays des crises multidimensionnelles qu’il travers.
Souleymane KONATÉ/Duniya kibaru.net

1 COMMENTAIRE

  1. Si le Malien n’arrive pas à s’impliquer dans la gestion des affaires publiques, alors comment est-ce que les attentes de chacun peuvent être respectées ??? Il faut qu’on se met en tête que la situation est critique. Et chacun doit mettre de côté ses intérêts personnels pour prioriser ceux de l’Etat qui profitent à nous tous…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici