AFFAIRE FORSAT: SUITE À LA LIBÉRATION SPECTACULAIRE DU COMMANDANT DE LA FORSAT, LES MAGISTRATS AINSI QUE L’AMDH CONDAMNENT, ET LE M5-RFP MENACENT DE DESCENDRE DANS LA RUE

0
163

Placé sous mandat de dépôt vendredi dernier par un juge d’instruction, le commandant de la FORSAT, le commissaire divisionnaire, Oumar SAMAKÉ, avait été aussitôt libéré suite à une vive protestation des éléments de la police devant la prison centrale de Bamako. Cette libération spectaculaire et extra – judiciaire a engendré une vague de réactions auprès du syndicat autonome de la magistrature(SAM), des organisations des droits de l’homme et le M5-RFP qui menace de descendre dans la rue si le Commandant de la force antiterroriste ne regagnait pas sa cellule dans les meilleurs délais.

Décidément, la force antiterroriste n’a pas encore fini de faire parler d’elle en mal au sein de l’opinion aussi bien nationale qu’internationale. Il est vrai que sa dernière prouesse, remonte au vendredi dernier où, des éléments de ladite unité avaient obtenu de force la libération de leur chef, placé sous mandat de dépôt par un juge d’instruction, à la maison centrale d’arrêt et de correction de Bamako.

Cette situation n’a pas manqué de soulever une salve d’indignations a presque tous les niveaux au sein de l’opinion malienne notamment. Bien évidemment, le syndicat autonome de la magistrature(SAM), à travers son président, Bourama KONATÉ, a exprimé sa désapprobation face à cette attitude des éléments de la FORSAT qui sort de l’ordinaire. D’ailleurs son porte- parole exige qu’Oumar SAMAKÉ regagne sa cellule dans les meilleurs délais afin que sa situation soit examinée conformément aux procédures idoines en la matière et que le droit soit dit. Par ailleurs, l’Association Malienne des Droits de l’Homme(AMDH) a également condamné cet acte en marquant son indignation. Ainsi, son président, Me Moctar MARIKO, déclare que cette action aurait pu venir de tous les corps excepté celui de la police. Quant au M5-RFP, il menace de reprendre ses manifestations dans les rues comme l’a déclaré son porte-parole, Jamille BITTAR, si toutefois les choses restaient en l’état.

Aussi, en dépit de ces différentes protestations, la FORSAT, à travers son Secretaire Général, le commissaire Siméon KÉITA, a clairement justifié son action en évoquant une erreur de justice car selon elle, la force antiterroriste relève du ministère de la sécurité et de la protection civile et qu’à ce titre, c’est le ministre concerné, donneur d’ordre, qui devait d’abord être écroué dans cette affaire avant tout autre interpellation.
Au regard donc des diverses réactions, l’on peut dire, sans l’ombre d’un doute, que le bras de fer est clairement engagé entre la FORSAT et la justice malienne. Seulement, reste à savoir si face aux condamnations unanimes de syndicats, d’organisations de droits de l’homme et de la société civile diligentée par le M5-RFP, les partisans d’Oumar SAMAKÉ tiendront longtemps le challenge.

Disons que cette situation est la résultante des diverses incompréhensions face au Plan d’actions gouvernementales dans lequel le volet de la lutte contre l’impunité et la corruption figure en pôle position. Et, à ce sujet, les autorités de la transition semblent déterminées à faire leurs preuves, quitte à se heurter à certains sentiments, émanant d’une partie de l’opinion, dénonçant au passage une chasse aux sorcières, des velléités de vengeance ou autres considérations. D’ailleurs, le Premier ministre de la transition a brisé son silence, hier samedi, à la télévision nationale, pour marquer la continuité du processus enclenché, avec toute la fermeté requise afin de le mener à bien.

Dans tous les cas, il n’y aura jamais de stabilité sans justice, pour un État dit de droit, et, ce sombre spectacle, émaillé de tiraillements, n’honore personne à un moment où la communauté internationale est au chevet du Mali pour nous sortir de l’impasse.
L’ennemi commun est ailleurs, se vautrant dans le terrorisme, tapi dans l’ombre et de plus en plus menaçant.

La rédaction, Duniyakibaru.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici