GROGNE SOCIALE AU MALI : L’UNTM AGGRAVE LA SOUFFRANCE DES MALIENS

0
223

Depuis la mise en place des autorités de transition, la grogne sociale ne cesse de s’accentuer. L’Union Nationale des Travailleurs du Mali est visiblement sur le pied de guerre. En effet, l’UNTM qui est déjà entrée en grève le mois dernier, remet ça avec un nouveau préavis pour les mêmes motifs. Cette fois-ci, il s’agit pour cette centrale syndicale, d’un arrêt de travail de cinq jours, allant du lundi 14 décembre au vendredi 18.

Les premières négociations avec les autorités de la transition ayant échoué, le premier syndicat des travailleurs du pays avait appelé à un arrêt de travail de 72 heures, à compter du 18 novembre dernier ; touchant ainsi tous les secteurs.
Le combat de l’UNTM porte essentiellement sur des revendications salariales, relatives aux revenus des travailleurs maliens. Ainsi, la centrale syndicale vise trois points, à savoir, d’une part, le cas des travailleurs transférés au privé ou qui ont accepté d’être compressés suite à la nationalisation des entreprises d’État dont les conditions n’ont pas toujours été respectées. Ensuite, l’harmonisation des grilles indiciaires des fonctionnaires qui servent de base au calcul des salaires. Enfin, la revendication de l’harmonisation des primes et indemnités accordées à certaines catégories de fonctionnaires avec des écarts aujourd’hui très importants.
L’UNTM mène certes un combat noble et légitime, entrant dans le cadre d’un droit constitutionnel. Néanmoins, on serait tenté de dire que le moment n’est pas approprié pour revendiquer, au regard des difficultés multidimensionnelles que connait le pays. Faudra-t-il le rappeler, le Mali traverse aujourd’hui une crise à la fois sécuritaire et sanitaire. Par ailleurs, ces différentes grèves compliquent la tâche des autorités de transition qui ne disposent de surcroît que d’un temps très réduit face aux nombreux défis à relever.
Or, qu’on se le tienne pour évidence, la période de transition ne saurait satisfaire à toutes les doléances. Pour un pays qui sollicite davantage l’aide extérieure en vue de renforcer ses capacités d’actions, le spectacle présent qu’offre en ce moment l’UNTM aux maliens est à la fois absurde et incompréhensible. Ce sont cinq jours de calvaire que les populations devront encore endurer suite à la fermeture des banques qui résultera de cette interruption de travail.
Au regard de cette grogne sociale qui s’amplifie, à un moment où chacun devrait faire le sacrifice ultime pour le Mali, l’on sera à mesure d’évaluer le degré de patriotisme des uns et des autres. En attendant, c’est la défense des intérêts partisans qui semble l’emporter sur celle de la patrie, aujourd’hui en lambeaux.
C’est pourtant cet égocentrisme notoire affiché, qui a plongé le pays dans le gouffre dans lequel il se trouve actuellement. Cependant, le changement tant souhaité est tributaire du succès de la transition politique.
Souleymane KONATÉ/Duniya kibaru.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici