CRISE SOCIALE AU SENEGAL

0
175

Depuis ce mercredi 3 mars, le Sénégal vibre au rythme de la colère de ceux qui disent se reconnaitre dans une démocratie juste et impartiale puis des inconditionnels partisans du farouche opposant Ousmane Sonko, qui dit-on, victime de complot au plus haut niveau de l’Etat. C’est ainsi qu’une violente émeute a opposé une bonne partie de la population aux forces de l’ordre du pays.

Grand opposant politique sénégalais, député et président du parti Patriotes du Sénégal, pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité, Ousmane SONKO, arrêté le mercredi dernier après la levée de son immunité parlementaire, sous de multiples charges :Troubles à l’ordre public, participation à une manifestation non autorisée; le tout majoré par une accusation de viol présumé. 

Notons que les évènements ont évolué d’une affaire routinière de justice à un inquiétant séisme politique. Des voix de plus en plus synchrones et inflexibles accusent le Président Macky Sall d’en être l’instigateur sournois; un stratagème visant à jeter le discrédit et mettre hors-jeu, le principal et redoutable adversaire politique Sonko. 

Des scènes de guerre, et de vandalisme contre des supermarchés, des stations d’essences et plusieurs propriétés de la France. Des affrontements violents entre les populations de plusieurs villes et les forces de l’ordre ont malheureusement causé des pertes en vieshumaines, dont le nombre est estimé à cinq (5). 

Sonko est toujours en détention et les manifestations se poursuivront jusqu’à sa libération, dit-on. Une affaire apparemment banale qui risque pourtant de prendre des proportions inquiétantes car une autre coalition dénommée M2D (Mouvement de Défense de la Démocratie), constituée d’un collectif de partis politiques et d’organisation de la société civile déclare entrer en scène pour trois (3) jours de manifestation, à compter de ce lundi 8 mars. Leurs principales revendications portant sur la libération de tous les prisonniers politiques injustement et illégalement arrêtés et l’autorisation d’émettre pour les deux (2) chaines de télévision suspendues.

Ce feuilleton politico-judiciaire risque fort bien d’embraser davantage le Sénégal et constituer par la même occasion une sérieuse épine dans les pieds du Président Macky Sall du fait de la popularité de son challenger auprès de la jeunesse et même de la diaspora. La boite des pandores est certes ouverte mais pourrait être stoppée à temps dans sa lancée infernale, si toutefois les ambitions personnelles ne l’emportent pas sur la raison et la sagesse. 


Mohamed TRAORE / duniyakibaru.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici