CRISE POLITIQUE EN CÔTE D’IVOIRE : L’OPPOSITION DIVISÉE SUR LA STRATÉGIE DE LA DÉSOBÉISSANCE CIVILE ET DU BOYCOTT DES ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES

0
89

Depuis l’annonce de la candidature d’ADO aux élections présidentielles d’octobre prochain, l’opposition ivoirienne est restée mobilisée pour marquer sa désapprobation. Si cette coalition d’opposants regroupe à ce jour les ténors du milieu, force est de reconnaitre qu’elle ne fait pas l’unanimité. En effet, déjà, s’élève une voix discordante, au sein de cette opposition, et non des moindres : celle de KOUADIO Konan Bertin dit KKB.

Depuis l’annonce de la candidature d’Alassane Dramane OUATTARA, aux élections présidentielles d’octobre prochain, l’opposition politique ivoirienne s’est élevée pour tenter de faire barrage à celle-ci. Cette coalition d’opposants regroupe à ce jour des candidats potentiels, à savoir Henry Konan BÉDIÉ du PDCI, Pascal Affi N’GUESSAN du FPI et les soutiens des candidatures non validées comme celui du Parti Générations et Peuple Solidaire de l’ex- premier ministre, SORO Kibafori Guillaume, à l’origine des appels à la mobilisation contre le président OUATTARA et ceux de Mamadou KOULIBALY et Albert Mabri TOIKEUSSE. Aussi, la stratégie commune adoptée par l’opposition est la désobéissance civile et le boycott, face à une candidature d’ADO qu’elle juge illégale, en dépit du verdict du conseil constitutionnel. Par contre, notons que cette coalition au sein de l’opposition ne fait pas l’unanimité. En effet, une voix discordante et non des moindres s’est désolidarisée du projet en cours. Il s’agit de celle de KOUADIO Konan Bertin dit KKB. Ce jeune transfuge du PDCI, ancien responsable de la jeunesse de ce parti, a littéralement fustigé cette croisade qu’il a qualifiée d’aventure. Pour ce politicien de 51 ans qui incarne la nouvelle génération, la Côte d’ Ivoire a besoin de paix et il faut plutôt se battre pour des réformes majeures.
Avec cette défection de taille, les élections présidentielles auront une chance de se tenir au cas où les autres candidats décidaient d’aller au boycott de celles-ci, comme prévu. Convaincu de pouvoir battre n’importe quel candidat au soir du 31 octobre, l’ancien député KKB réfute les allégations selon lesquelles il aurait reçu 500 millions de FCFA virés sur son compte par le régime en place.
Face à cette dissidence de KKB, l’opposition ivoirienne ne ferait-elle pas mieux de présenter une candidature unique plutôt que d’opter pour cette voie sans issue qui est celle du boycott du scrutin ?
La Rédaction/Duniya kibaru.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici