LIBÉRATION TOTALE DE FARABOUGOU : LE COLONEL HASSIMI GOÏTA ET SES HOMMES HONORENT L’ARMÉE MALIENNE

8
742

Le siège de la localité de Farabouou aura duré 17 jours. Face à cette situation inadmissible, une faction de l’armée malienne, sous la houlette du colonel Hassimi GOÏTA, a réussi à briser le blocus et prendre le contrôle de la zone. C’est donc avec une joie indicible que les habitants de Farabougou, otages d’une crise intercommunautaire, ont reçu la visite de nos vaillants FAMAs.

L’attente aura été infernale pour les habitants de Farabougou, après 17 jours de siège, par des hommes armés se présentant comme des djihadistes. Ce conflit, sur fond de crise intercommunautaire, a tôt fait de virer au cauchemar pour nos compatriotes vivant dans cette localité. En effet, toutes les possibilités de quitter la zone avaient été anéanties jusqu’au dynamitage du seul pont qui désenclavait les lieux. Face à la gravité de la situation, l’intervention de notre armée était imminente car la situation devenait davantage insupportable et inadmissible.
Il faut dire que si les preneurs d’otage se constituaient de forces d’autodéfense communautaires, ceux-ci étaient infiltrés par des groupes terroristes aux méthodes obscurantistes. Face à l’urgence, c’est le Colonel Hassimi GOÏTA, lui-même, Vice-président de la transition, qui a diligenté les opérations, aux côtés du Colonel Didier DEMBELÉ, commandant du Secteur 5 de l’opération Maliko. Bénéficiant d’appuis aériens, il faut dire que cette opération baptisée « Farabougou ka Lafia » fut un franc succès.
Notons que les populations de cette zone assiégée se sont montrées très coopératives avec l’armée, venue à leur rescousse, aux dires du Colonel Hassimi GOÏTA. Dans cette crise extrêmement délicate, les FAMAs ont vraiment fait preuve d’un très grand professionnalisme pour épargner aux habitants les conséquences d’une confrontation armée. Le dialogue a donc été par-dessus tout privilégié avec les notabilités de la localité et d’autres acteurs privilégiés dans ce conflit intercommunautaire qui était à deux doigts de virer au cauchemar.
Cependant, si le chef des opérations, le colonel et Vice-président de la transition, Hassimi GOÏTA déclare engager les négociations avec les différents protagonistes de cette crise, il affirme toutefois que l’armée bandera les muscles à l’encontre des terroristes afin de les mettre hors d’état nuire.
Par ailleurs, cette action de nos FAMAs apporte un démenti formel aux supputations selon lesquelles l’armée avait abandonné ceux de Farabougou aux mains de leurs bourreaux. Pourtant, de par cette action, à la fois de grande envergure, couronnée d’éclat, nos forces de défense et de sécurité font preuve de vaillance et de patriotisme, dans un contexte aussi sensible que le terrorisme.
Aussi, malgré les efforts louables et les sacrifices colossaux consentis au quotidien, notre armée subit des critiques les plus indignes, de la part de nombreux compatriotes, pour des raisons purement égoïstes. En effet, les difficultés rencontrées par les FAMAs font le plus souvent l’objet de récupération politique, de la part de politiciens peu scrupuleux. Notre armée est donc victime d’incompréhension et sujet de cabales médiatiques des plus ridicules visant à attirer sur elle la vindicte populaire.
Or, au regard de la situation qui prévaut, les maliens devraient mettre de côté leur rancœur réciproque et se donner la main autour de nos soldats que nous devons placer au-dessus de toute forme d’adversité. De toute évidence, seule une union sacrée en faveur de l’armée malienne lui redonnera le moral et la fortifiera dans ce combat difficile, qu’elle mène depuis longtemps, face à un ennemi coriace, aux velléités suicidaires, invisible et aux multiples visages.
Souleymane KONATÉ/Duniya kibaru. net

8 Commentaires

  1. Cette situation dans laquelle se trouvait Farabougou n’est-ce pas en quelque sorte l’effet secondaire de la libération des 206 prisonniers libérés…

    • Avant tout propos, mon cher ami Adama KaSSONGUÉ, sachez que notre site web Duniya kibaru. Net vous est très reconnaissants pour vos contributions de taille.
      Quant à votre question sur l’effet de causalité entre la libération des 206 djihadistes et les récentes attaques, je suis affirmatif et absolu qu’il y’a un lien direct entre les deux faits.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici