LA MORT DES CINQ CASQUE-BLEUS AU NORD DU MALI MOTIVE LA VISITE DE JEAN-PIERRE LACROIX

0
54

Ces derniers temps, des casque- bleus de la MINUSMA sont victimes des groupes terrorismes qui pullulent au sahel. En effet, cinq d’entre eux ont récemment trouvé la mort dans des circonstances attribuées aux djhiadistes. C’est cette situation qui a certes motivé l’arrivée, au Mali, du secrétaire adjoint des opérations de paix de l’ONU, depuis dimanche dernier.

Ces derniers temps, les forces de maintien dela paix de la MINUSMA subissent des pertes en vies humaines. En effet, ces attaques attribuées aux djiadistes ont coûté la vie à  5 casque-bleus dans les régions de Tombouctou, Gao-Est et de Kidal au nord-Est.  C’est très certainement ce qui a expliqué  l’arrivée de Jean-Pierre Lacroix dans notre pays. 

Le secrétaire adjoint des opérations de paix de l’ONU a effectué des visites de terrain dans plusieurs localités pour rendre hommage aux soldats de la paix et également pour traduire tout l’engagement des Nations Unies à rester aux côtés du peuple malien. sur le terrain, ont été abordées les sensibles questions liées à la sécurité des troupes onusiennes en présence au Mali. C’etait le lieu d’ exhorter celles-ci à mieux  adapter leur dispositif face aux ennemis toujours présents et qui reçoivent surtout  du renfort de l’extérieur. 

Dans son agenda était également prévu la rencontre des officiels maliens et des acteurs du processus de paix ainsi que la mise en oeuvre de l’application de l’accord de paix d’Alger, à  propos de laquelle a été fait des messages pour une avancée les choses. Disons que l’émissaire des Nations Unies a retrouvé pour la première fois les autorités de transition qu’il a rencontré depuis le coup d’État du 18 août dernier. 

Par ailleurs, cette visite de Jean-pierre Lacroix  est diversement appréciée car elle pousse à s’interroger pourquoi celle – ci intervient juste au moment où les casque-bleus commencent à trouver la mort alors que nos forces sont quotidiennement abattues sans que cela ne suscite de réactions particulières. Est-on en droit de dire que  cette demarche est simplement motivée par le fait que la mort semble avoir changé de camp dans cette crise sécuritaire ?

Dans tous les cas, cette situation rappelle une fois de plus l’ampleur de la menace terroriste dans notre pays et toute l’urgence qu’il y a à agir afin de soulager nos populations de ce drame humain vécu au quotidien.

Souleymane KONATÉ /Duniya kibaru.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici