LE PARTENARIAT, ASSEP-FAFPA, FORME 80 PATRONS DE LA PRESSE PRIVÉE AU MALI

0
283

C’était le mercredi 28 et le jeudi 29 octobre 2020, que se sont déroulé séparément les formations des directeurs de publication à Siby. Scindé en deux vagues, successivement formées, chacune se composait de 40 patrons de presse privée. Le thème retenu au cours de cette session a porté sur « L’éthique et la déontologie en journalisme. »

Cette initiative de l’ASSEP, en partenariat avec le FAFPA, avec la collaboration du ministère de l’emploi et de la formation professionnelle, a connu son lacement le vendredi 23 octobre dernier au CICB. Et, c’est la localité de Siby qui a été choisie pour abriter ces deux sessions de formation.
Concernant la première vague, c’est par le discours d’ouverture du maire de SIBY, ponctué des mots de bienvenue, que la cérémonie a démarré. Ce dernier a, à la fois, exprimé toute sa satisfaction, sa fierté et sa gratitude pour l’honneur fait à sa commune. Il était accompagné du commandant de la brigade territoriale de Siby.
Au présidium, les animateurs de la session étaient trois illustres personnalités du monde de la presse, dont deux formateurs et un modérateur. Il s’agit respectivement de M. Manga DEMBELÉ, ancien ministre de la communication, Sadou YATTARA et de M. Mamadou DABO.
Se voulant méthodique dans l’organisation, les formateurs ont divisé la session en plusieurs phases, comportant des sous-thèmes. Ainsi, la première communication, ayant porté sur l’éthique et la déontologie en journalisme, a été animée par l’ancien ministre de la communication, M. Manga DEMBELÉ. Après quoi, ont suivi les débats, contributions et questions-réponses. C’est l’autre doyen, M. Sadou YATTARA, qui a eu la lourde charge de la seconde communication, relative à l’éthique et déontologie du journaliste : Quels défis pour la profession ? Celle-ci a également été suivie de débats, contributions et questions-réponses.
Tout le long de la formation, les auditeurs, qui ne sont autres que les patrons de presse privée, ont été suffisamment édifiés par l’éloquence et la passion des formateurs, pétris d’expériences et de savoir-faire. En tout cas, cette session se déroula dans un véritable cadre d’échanges de connaissances et du vécu quotidien, dans la profession du journalisme. En d’autres termes, les directeurs de publication auront beaucoup appris de leurs aînés ou devanciers dans le métier.
Quant au choix porté sur le thème, il se justifie, selon les formateurs, par le fait de l’ouverture de la profession en question au grand public. En d’autres termes, il n’y a pas de restrictions légales pure et dure concernant l’exercice du métier de journaliste au Mali. Ils sont donc bon nombre à s’y projeter sans maîtriser les fondamentaux en la matière.
Par ailleurs, il faut noter les nombreuses et fréquentes démêlées judiciaires dans lesquelles se sont retrouvé certains confrères, suite à la méconnaissance, parfois, des notions d’éthique et de déontologie. Il était donc opportun et urgent de rappeler ces fondamentaux, essentiels à la bonne pratique de la profession. Aussi, la répétition étant pédagogique, il serait logique de revenir de temps sur ce thème, dans le cadre d’un rappel à l’ordre des confrères.
Maîtrisant leur sujet, formateurs et modérateur se sont montrés convaincants et persuasifs en se hissant à la hauteur de la tâche à eux confiée. L’ASSEP, à travers cette formation, a projeté assainir la profession par l’instruction et la sensibilisation des patrons de presse qui en sont les bénéficiaires. Il reviendra à ceux-ci de relayer l’information, dans leurs différentes rédactions, afin d’édifier les uns et les autres quant aux saines pratiques à adopter.
D’ailleurs, à ce propos, le Président de l’ASSEP, M. Bassidiki TOURÉ a déclaré qu’après la formation de Siby, sa structure sera dorénavant très regardante quant aux différentes publications des Directeurs de publication. Une manière pour lui d’insinuer que l’aventure de Siby devra constituer un nouveau départ pour une meilleure pratique de ce noble métier qui est le journalisme.
Au cours de cette session de formation, il a été également question des différentes difficultés que connaissent les professionnels de la presse, dans l’exercice de leur profession et qui méritent que l’on y remédie. Aussi, cette louable initiative de l’ASSEP, qui consiste au renforcement des capacités des patrons de presse, mérite d’être saluée à plus d’un titre, eu égard au rôle prépondérant que jouent les journalistes dans la construction de l’édifice national. De toute évidence, de telles actions valent d’être pérennisées.
C’est dans une ambiance très détendue, empreinte de courtoisie, qu’a pris fin cette session de formation.
Souleymane KONATÉ/Duniya kibaru.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici